actus regionales de la scene champardennaise | polca.fr juin 2017


journal l'ardennais du lundi 26 juin 2017


journal l'union du dimanche 18 juin 2017


JOURNAL L'UNION L'ARDENNAIS DU 03 février 2017


 
 

INTERVIEW POLCA DU 08 novembre 2016

Après de nombreuses dates, principalement en Champagne-Ardenne, il est presque impossible de ne pas avoir vu leur nom au moins une fois. Dans le cas contraire, sachez désormais que Fizz n'est plus seulement une onomatopée. Le groupe a récemment sorti un EP éponyme et nous les avons rencontré pour les connaître un peu plus...

Quelle est l’histoire de votre formation ? Comment vous êtes-vous rencontrés et avez-vous choisis de faire de la musique ensemble ?

Jérémy (Chant lead) : La formation a débuté en Août 2012. Pour l’anecdote, on a officialisé notre collaboration pendant le Cabaret Vert, sous les sons de Manu Chao, Franz Ferdinand, Barcella, etc...

Lorène (Clavier / Seconde voix) : Ensuite, en pleine réflexion, nous avons commencé à composer, à se produire, et finalement, nous sommes devenus FIZZ en Janvier 2016.

Mais ça veut dire quoi Fizz ?

Lucie (Basse / Piano) : En fait, nous sommes tous des bons vivants, adeptes de la philosophie « On a qu’une vie, alors profitons de chaque instant, de chaque seconde ». Nous sommes des épicuriens...

Lorène, Tony (Batteur) et Mikaël (Guitare) : (Soupirs...)

Lucie : (Imperturbable) À l’instar de la doctrine d’Epicure, notre seul souhait est d’atteindre le bonheur, et une certaine sagesse, en répondant aux besoins de notre corps...

Lorène : Oui, ou une fois décodé : on cherche juste à kiffer !

Mikaël : Ou, à jouir ! (Rires)

Jérémy : Non, plus sérieusement, en deux mots, FIZZ = pétillant, comme nous !!!

De quelle manière vous procédez pour composer vos titres ? Vous fonctionnez plutôt chacun de son côté et vous vous retrouvez pour arranger ou c’est un processus qui se fait ensemble ?

Jérémy : On compose tous ensemble, façon brainstorming. En fait, pour mieux comprendre notre façon de faire, imaginez-vous un shaker où chacun met toutes ses idées, ses envies, mais aussi ses techniques et son petit grain de folie !!!

Tony : On mélange le tout, et hop, nouvelle composition... (Rires)

Lucie : Après, on peaufine, toujours réunis, ensemble, chaque ligne mélodique de chaque instrument, chaque son, pour un résultat qui nous ressemble.

Vous venez de sortir un EP de 3 titres. Dans quelles conditions avez-vous enregistré ce premier EP ?

Mikaël : Nous avons eu l’opportunité d’être accompagnés par Ardenne Métropole, représentée par Marie-Laure BRIZET, pour suivre une résidence « Maquettez-vous ». Ça a commencé par une première phase de préparation, avec Cyrille CHAMPAGNE, pour nous connecter les uns avec les autres, au-delà de nos instruments. En bref, créer une véritable harmonie, une cohésion parfaite entre chacun de nous pour que nos 5 personnes ne fassent plus qu’une.

Tony : (Avec l’accent belge) C’est-à-dire qu’après, nous avons eu la chance de travailler avec David Manceau & Sébastien Hahn, une fois, pour enregistrer au Studio de Sapristi !!, à Sedan (08).

Le groupe Muse semble être l’une de vos influences principales. Ce groupe est autant apprécié que détesté pour leur musique, que certains qualiifieraient de « grand public ». N’est-ce pas prendre un risque pour vous de choisir d’être trop proche de cette esthétique ?

Lorène : C’est qui Muse ? (Sourires)

Quelles sont vos prochaines dates ?

Tony : Rendez-vous le 26 Novembre au Club 56 à Paris (75)

Jérémy : Et aussi, le 21 Janvier au Pop’Art (51)

Lorène : Et d’autres dates à venir, en attente de confirmation, sur Décembre 2016, et courant 2017, autant dans les Ardennes que dans le Nord ou en Belgique.

Jérémy : N’hésitez pas à suivre toute notre tournée sur notre site web, et les réseaux sociaux !

Mot de la fin Jérémy : LOVE